Ces villes qui ne changent pas de camp politique aux municipales

En 2008, la communiste Patricia Tordjman avait été élue dès le premier tour maire de Gentilly (Val-de-Marne), avec 55 % des suffrages. Dimanche 23 mars, après un scrutin où elle n’avait qu’un seul rival, Benoît Crespin (UMP), cette quinquagénaire devait perpétuer une histoire bien ancrée : le Parti communiste dirige sans discontinuer depuis 1934 – hormis la parenthèse du régime de Vichy – cette commune de 17 000 habitants, collée au sud de Paris.

https://www.la-croix.com/Actualite/France/Ces-villes-qui-ne-changent-pas-de-camp-politique-aux-municipales-2014-03-23-1124568