L’octroi de Paris du 12e au 20e siècle – Le mur fiscal des fermiers généraux

DP 4.2

Sous l’impulsion de Louis XIV, on construit une nouvelle enceinte, non pas pour se protéger, mais pour contrôler les accès à la ville et ainsi freiner la fraude et la contrebande qui se développent. Paris a imposé depuis le 12e siècle une taxe, l’octroi, pour faire entrer les marchandises. Elle représente une importante source de revenus pour la ville. Mais cet impôt fait l’objet de nombreuses critiques, est souvent contourné, et, pour éviter de payer la taxe, de nombreuses activités sont délocalisées en dehors de Paris.

Le livre “EN BANLIEUE SUD ! Habitants, communes et paysages d’hier et d’aujourd’hui” (en vente sur ce site) vous raconte toute l’histoire de la banlieue sud dans de courts paragraphes illustrés. Les liens ci-dessous vous permettront d’en savoir encore plus sur ce sujet.

Les limites de Paris

Les limites de Paris

Ce volume rassemble les textes de la journée d’études qui s’est tenue aux Archives Nationales en juin 2015.Le thème retenu s’inscrivait dans l’actualité du projet du Grand Paris qui oblige, à travers le redéploiement de l’agglomération, à repenser les principes de sa délimitation, en même temps qu’il traduit un délitement des limites de la capitale.

https://books.openedition.org/septentrion/10855?format=toc

Vie et mort de l’octroi, un impôt au profit des villes

Vie et mort de l’octroi, un impôt au profit des villes

Pendant des siècles, aux portes des villes, les commerçants ont payé l’octroi sur les marchandises importées. Cet impôt, honni par l’opinion publique et qui fit longtemps débat sur les bancs de l’Assemblée nationale, fut une manne considérable pour les revenus communaux.

https://gallica.bnf.fr/blog/24072017/vie-et-mort-de-loctroi-un-impot-au-profit-des-villes

De l’octroi, son rôle et son symbolisme dans les villes françaises

De l’octroi, son rôle et son symbolisme dans les villes françaises

Le 18 juillet 1847, deux hommes entrèrent à Strasbourg par la Porte-de-Pierre et commencèrent à mendier avant d’être arrêtés par la police. L’un d’eux, Jean Jung, quinze ans, facilement identifiable à cause de sa jambe de bois, était né à Oberstimbach.L’autre, Michel Fischer, lui aussi âgé de quinze ans, avait avec lui un enfant de trois ans.

https://books.openedition.org/pur/7894

La Fortune de Paris –l’octroi et les revenus de la ville

La Fortune de Paris –
l’octroi et les revenus de la ville

C’est l’historique des administrations abstraites, pour ainsi dire, que nous avons cherché à retracer, de celles qui, agissant en vertu d’un but supérieur, ont pour mission de subvenir aux besoins moraux, intellectuels et physiques de 2 millions d’hommes.On a pu voir que Paris ne manque pas à sa tâche, que chaque jour il s’efforce d’améliorer, sous toutes les formes, les conditions qui assurent l’existence de son peuple.

https://fr.wikisource.org/w/index.php?title=La_Fortune_de_Paris_-_l%E2%80%99octroi_et_les_revenus_de_la_ville&printable=yes

Les guinguettes de Robinson

Les guinguettes de Robinson

Connaissez-vous l’histoire de Robinson Crusoé ? C’est pourtant de ce personnage du livre de Daniel Defoe que la ville tient son nom…Le quartier de Robinson doit son nom et sa renommée aux nombreuses guinguettes qui, pendant plus d’un siècle, attirent tous les dimanches une foule de Parisiens venus se délasser sous les frondaisons des châtaigniers d’Aulnay.

http://www.plessis-robinson.com/decouvrir-la-ville/histoire-du-plessis-robinson/le-plessis-robinson-au-fil-des-siecles/les-guinguettes-de-robinson.html

Esprit guinguette

Esprit guinguette

Voici les guinguettes qui resurgissent au fil de l’eau, plus primesautières que jamais.Au-delà du cliché en noir et blanc, on y découvre un monde bigarré, des mordus du swing, des fanas de la java, des accrocs de la pêche.On y guinche furieusement. On y sirote une petite java entre deux verres de muscadet. On y mange sur fond de lampions et de flonflons. L’ambiance est au pique-nique. Sous des visages de tout âge, le même esprit bohème.

http://ja6.free.fr/chapitres/provinces/chapitres/guiguette.htm

Les vestiges du mur des fermiers généraux

Les vestiges du mur des fermiers généraux

« Le mur murant Paris rend Paris murmurant ». C’est avec ce fameux alexandrin que Beaumarchais rapporte l’impopularité du mur des Fermiers Généraux, à l’aube de la Révolution Française. Construite entre 1784 et 1790 à la demande du roi Louis XVI, cette enceinte de 6 lieues (24 km) composée de 54 bureaux d’octroi appelés barrières permettait à la Compagnie des Fermiers Généraux de percevoir un impôt sur les marchandises entrant dans la ville.

https://www.pariszigzag.fr/secret/histoire-insolite-paris/les-vestiges-du-mur-des-fermiers-generaux

Le mur des fermiers généraux

Le mur des fermiers généraux

Sur ordre de Louis XVI, il est décidé de construire un nouveau mur autour de Paris en 1784.Long de 24 kilomètres, ce mur repoussa très largement les limites de la ville. Construit alors en pleine campagne, il correspond aujourd’hui aux boulevards sur le tracé des lignes 2 et 6 du métro.

https://www.histoires-de-paris.fr/mur-fermiers-generaux/

Les barrières d’enceinte de Paris

Les barrières d’enceinte de Paris

Le mur des fermiers généraux était une des enceintes de Paris, mise en place à partir de 1784, permettant de faire payer à la Ferme générale une taxe sur les marchandises entrant pour approvisionner Paris et ses habitants.

http://ktakafka.free.fr/F_enc.html